Nous reprenons le titre du remarquable ouvrage de William Shawcross sur la catastrophe Khmers Rouges,  relatif à l’Histoire contemporaine de ce pays. Cette page est en cours de création.

Cambodia: “An unimportant tragedy” Posted on 5 December 2012 by Gildas Bernier We take again the title of the remarkable work of William Shawcross on the Khmer Rouge disaster, relating to the contemporary history of this country. This page is being created.

QUELQUES CARTES

1 carte_cambodge0

2 carte_cambodge1

10 camps_tailande1

11 camp_Khao-I-Dang_1er_camp. jpg

14 camps_refugies

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

CAMBODGE : LA CATASTROPHE DÉMOGRAPHIQUE

Le déclin de la population du Kampuchean entre 1970 et 1979 est sans précédent et ne s’est jamais vue dans aucune population depuis la 2è Guerre mondiale. Une décennie de guerre, de révolution sociale et d’invasion a plongé le pays dans le chaos.

CAMBODIA: THE DEMOGRAPHIC DISASTER The decline of the Kampuchean population between 1970 and 1979 is unprecedented and has never been seen in any population since the Second World War. A decade of war, social revolution and invasion has plunged the country into chaos.

16 orant Angkor Vat

 

DOCUMENTATION CENTER OF CAMBODIA
Phnom Penh, Cambodia

INTERVIEW DE KALYAN SANN ET SOKHYM EM

Un point de vue bouddhiste

Interviewé par Kalyan Sann et Sokhym Em

Phnom Penh, Cambodge

Question : : Je voudrais vous demander si le massacre perpétré sous le régime de Pol Pot était une faute humaine ou s’il s’agissait de péché?

Réponse : Selon ma considération sérieuse, la réponse n’est pas encore claire. Pourquoi? Parce que les vies sont pleines de souffrances. «Karma» se compose des actes d’une personne et de leurs conséquences éthiques. Je ne sais pas si Pol Pot est celui qui a initié le karma. S’il ne l’était pas, la souffrance et la perte de vies sont des péchés du passé. Prenez, par exemple, Bouddha a tué un démon quand il était un homme ordinaire. Cependant, selon la loi, il était un humain, mais un humain agissant en tant que Bodhisattva. Un Bodhisattva peut tuer un démon, et ce démon spécifique a mangé des gens, même le prince. Le roi a cherché une personne qui avait le pouvoir magique de la tuer. Le Bodhisattva était une personne appropriée pour gérer une telle tâche. Avant de le tuer, le démon le supplia: «Je n’ai que 80 ans, et dans le futur, tu deviendras Bouddha, parce que je peux voir des signes sur tes paumes. Par conséquent, ne me tuez pas. Si tu le fais, tu mourras à l’âge de 80 ans comme moi quand tu seras Bouddha. »Avec l’envie de se débarrasser des maux du monde, il décida de tuer le démon. Après la mort du démon, le Bodhisattva continua à mener de bonnes actions dans de nombreuses vies jusqu’à ce qu’il connaisse l’illumination, et devint un Bouddha. Quand il a atteint l’âge de 80 ans, le démon renaît en tant que cochon. Le propriétaire du cochon savait qui était le cochon, alors il l’a tué pour faire de la nourriture, en offrande, au Bouddha. Après qu’il l’ait mangé, le Bouddha est tombé malade. Cependant, il avait bien conscience que la vindicte signifie «Un repas signifie l’illumination et un autre le Nirvana. ». De toute évidence, la nourriture de Socheata a fait que le Bouddha a expérimenté l’illumination, alors que Chon l’a fait mourir. Par conséquent, Chon n’a pas commis le crime d’assassiner le Bouddha. Dans une autre histoire qui parle du disciple d’un Bouddha, Moklean. En raison de son amour obsessionnel envers sa femme, il a abandonné sa mère dans la forêt. Plus tard, elle est morte et a été mangée par des animaux sauvages. Quand il est devenu arhat, 500 bandits l’ont tué. Ainsi, la vindicte s’est produite l’un sur l’autre. Retour à la question de Pol Pot, je ne peux donc pas analyser clairement. Je ne sais pas si Pol Pot a commencé à le faire en premier ou si c’était le péché des victimes. Deux d’entre vous et moi étions affamés dans le régime.

Question : : Voulez-vous dire que tous les millions de victimes ont eu le karma de leurs vies passées?

Réponse : Comme je vous l’ai dit, je n’en suis pas sûr. Si ce n’était pas les mauvaises actions de Pol Pot, c’était notre péché de mauvaises actions que nous avions fait de nos vies antérieures. Toi et moi avons eu le péché, mais les nôtres étaient mineurs. C’est pourquoi nous avons survécu. Je suppose que vous êtes né quelques années avant le régime. Tu n’étais que des enfants.

Question : : Pensez-vous que les Khmers rouges devraient être jugés pour leurs crimes ou nous devrions considérer la tragédie comme notre propre péché?

Réponse : Nous ne pouvons pas compter sur la vindicte. Tout doit être essayé. Mais la poursuite doit être juste et conforme à la religion. Par exemple, il existe deux types de vies, actives et inactives. Les vies actives sont vous et moi, qui ont des actions. Les vies inactives sont des choses, comme des bâtiments. L’existence inactive est-elle vindicative si elle ne nuit à personne? En revanche, un être humain effectue des actions; donc il ou elle a Karma. Par conséquent, nous considérons les vies actives d’une manière différente. Lorsqu’un péché est commis, les existences actives et inactives sont endommagées. Comme vous pouvez le voir, les vies et les propriétés ont été détruites dans le régime de Pol Pot. Avec ce respect, nous devons mener la poursuite avec justice, en évitant les intimidations entre les personnes impliquées qui peuvent mener à une vindicte continue. Par exemple, tuer les dirigeants khmers rouges est de la même manière que le meurtre du démon. Le démon a continué à nuire Bodhisattva dans ses prochaines vies. Les dirigeants de Pol Pot nous le font aussi.

La vindicte est sans fin. C’est pourquoi Bouddha a prêché: «La vindicte est terminée par la non-vindicte. »Par conséquent, ils devraient être punis selon leurs crimes. N’essayez pas d’inclure des individus non connectés, que le tribunal peut éventuellement punir tout le monde. Je crois que seulement 20 à 30 personnes ont été directement assassinées par Pol Pot, et ce type n’a ordonné à personne de tuer des gens. Sa grosse erreur est qu’il n’a pas adopté de loi spécifique pour les autres à suivre, puisqu’il a éliminé les religions. Avec l’absence de religions, ni le péché ni la bonté ne se sont produits. Je n’étais pas moine dans cette période de 3 ans 8 mois et 20 jours. Donc, c’était la période de l’anarchie religieuse. Quand une personne détestait quelqu’un, elle venait tout droit de tuer cette personne pour diminuer sa haine. La même chose s’est produite dans ma coopérative. En 1977, quelques soldats khmers rouges ont eu des disputes avec des frères d’un fou, incapables de s’occuper même du bétail. Ne pouvant pas nuire aux frères, les soldats ont attaché le fou, l’ont mis à bicyclette et l’ont emmené. Il a été tué par balles à environ 30 mètres de ma maison, située à l’entrée du village. Je l’ai vu clairement. Vous pouvez voir, même une telle personne mentalement malade a été impitoyablement tuée. Il n’y a eu aucune action légale pour les empêcher de le faire. Il n’y avait pas non plus de loi qui permettait aux soldats de le tuer. À partir de cet exemple, nous pouvons voir que dans le régime, les êtres humains et les êtres humains, les gens et les gens ont des rancunes les uns contre les autres. Il a commencé avec une haine mineure, et à la fin, ils se sont tués. Prenons la société d’aujourd’hui comme un exemple, nous avons toutes sortes de lois, de manière significative droit des droits de l’homme, mais le meurtre existe toujours sous la forme de vols et d’autres cas. Cela ne veut pas dire que je leur pardonne. Ils doivent être poursuivis, mais les procédures doivent être menées correctement pour maintenir la justice. En conséquence, les lois religieuses doivent être prises en considération: ne tuez pas les gens, parce que c’est un péché; n’intimide pas les autres ou n’oblige pas des personnes innocentes à rendre des comptes pour le crime de génocide. Plus sérieusement au tribunal, même des soldats khmers rouges, qui ont compris leurs erreurs et ont fait défection, pourraient être traduits en justice. Avec ce sens, la justice ne prévaut pas. Nous devons combiner la loi d’aujourd’hui avec les religions, le bouddhisme, l’hindouisme, le christianisme, l’islam, afin de juger cette affaire avec justice.

Question : : Pour vous ou le bouddhisme, que signifie la justice?

Réponse : «Justice», c’est juger de son crime avec vérité, ce qui n’apporte pas d’impact catastrophique au système judiciaire.

Question : : Si le tribunal poursuit à juste titre ceux qui ont commis des crimes odieux dans le régime des Khmers rouges, cela va-t-il devenir vindicatif des personnes concernées?

Réponse : Selon la loi religieuse, si la justice prévaut, il n’y aura pas de vindicte. Selon le bouddhisme, on peut atteindre le Nirvana dans sa vie actuelle ou dans les vies suivantes. Bouddha a obtenu l’illumination à l’âge de 45 ans et a atteint le Nirvana dans sa vie actuelle. Par conséquent, on peut laver leur péché dans leur vie actuelle ou dans les vies suivantes. Si leur péché n’est pas complètement emporté dans cette vie, dans ce cas par des poursuites, ils doivent en être responsables dans les prochaines vies. Ils ne peuvent pas l’éviter. Tous les êtres vivants sont sujettes

aux souffrances.

Si vous devez quatre personnes, vous devez les rembourser quatre, et c’est fini. Si vous payez cinq, le cercle de la dette continuera.

Question : : Selon les enseignements bouddhistes, la vindicte est terminée par l’oubli. Par conséquent, amène-t-il les dirigeants khmers rouges à juger la vindicte?

Réponse : Non, à moins que le tribunal ne soit conduit injustement; dix ne peuvent pas payer pour quatre.

Question : : Est-ce que les Khmers rouges qui ont infligé des souffrances aux Khmers, que vous avez dit avoir péché, doivent être poursuivis?

Réponse : Je ne suis pas si clair à ce sujet. Cela dépend du tribunal. Il est juste qu’ils devraient être obligés de prendre la responsabilité de leurs crimes dans leurs vies actuelles. Mais comment pouvons-nous le faire si Pol Pot, Hou Yuon, Hu Nim et Son Sen sont tous morts? En outre, nous devons faire la distinction entre ceux qui ont fait défection et ceux qui sont obstinés.

Question : : Si nous ne poursuivons pas les dirigeants khmers rouges pour leurs crimes maintenant, croyez-vous qu’ils recevront le Karma pour leur péché?

Réponse : Oh, ils n’en sortiront jamais. Vous pouvez prendre les cas de Bouddha et Moklean comme exemples. Pol Pot, Hou Yuon, Hu Nim et Lon Nol et ses hommes sont morts à cause de leurs mauvaises actions et je ne peux pas imaginer à quel point leurs âmes sont misérables.

Question : : Comment les gens peuvent-ils croire qu’ils seront punis pour leur péché, car ils voient que les dirigeants khmers rouges vivent dans le luxe avec l’incertitude d’être poursuivis?

Réponse : Nous ne pouvons pas le temps correctement. Ne vois-tu pas comment Bouddha a payé son péché au démon qu’il avait tué il y a plusieurs vies?

Question : : Les gens, cependant, désireux de voir dans cette vie les gens qui les ont blessés sont punis?

Réponse : En tant que bouddhistes, nous souhaitons avoir du bonheur; nous voulons aller au paradis pas l’enfer. Nous ne savons pas combien de temps cela nous prendra-t-il pour économiser suffisamment de mérite pour pouvoir vivre au paradis. Tous les êtres humains ont des désirs. Je veux finir les choses aussi vite que possible. Cependant, si nous ne pouvons pas obtenir une chose, nous avons dû en accepter une autre. Si nous n’avons pas de riz à manger, nous n’avons pas d’autre choix que de manger d’autres aliments disponibles, comme du porridge pendant un certain temps. Si nous voulons construire

un pont sur le lac Tonle Sap ou l’une de ses rivières, mais nous ne pouvons pas le faire, nous devons voyager en bateau.

Question : : Le peuple cambodgien devrait-il pardonner aux dirigeants khmers rouges ou les poursuivre?

Réponse : J’ai déjà mentionné. Cela dépend de nous tous, que nous voulions qu’ils assument la responsabilité de leurs crimes maintenant ou de leurs prochaines vies. Je n’oublierai jamais les souffrances que j’ai eues dans le régime. J’ai été détenu pendant 80 jours et torturé impitoyablement. Néanmoins, je pouvais supporter toute cette agonie, puisque c’était le résultat des mauvaises actions de ma vie passée. Je me débattais toujours sous la forme de la religion. La religion est la vie des gens et de moi. C’est la raison pour laquelle les gens se sont tués sans considération. J’ai déployé d’énormes efforts pour réintroduire le bouddhisme dans notre pays, afin que chaque personne puisse avoir le mérite et le péché. Je jeûne tous les soirs pour le bonheur de nos jeunes enfants.

Centre de Documentation du Cambodge –

Interviewé par Kalyan Sann et Sokhym Em

Phnom Penh, Cambodge

Question : : Je voudrais demander à votre vénérable prêtre le tribunal khmer rouge, qui fait l’objet d’un débat passionné à l’heure actuelle. Quelle est votre attitude envers ce processus?

Réponse : Selon les enseignements de Bouddha, Bouddha avait de la sympathie, de la pitié, pas de jalousie et un esprit centré. Peu importe ce que les gens étaient, l’attitude de Bouddha envers chacun d’eux était inchangée. Même ses ennemis qui essayaient de l’assassiner étaient autorisés à le rencontrer. Considérons les vieux mots d’ordre khmer. Nos ancêtres ont déclaré: «On ne peut ni couper l’eau ni renier un parent proche, ou cette personne sera blessée.» Selon un autre dicton, «prendre des relations signifie s’éloigner de la loi». Notre société [khmère] utilise les deux slogans. Nous nous soucions de la loi et de la parenté. Nous nous soucions des deux. Nous devrions évaluer ces deux facteurs. En ce qui concerne la question des Khmers rouges, nous ne pouvons pas simplement dire «les poursuivre» ou «les laisser seuls». Nous devons considérer les avantages à tirer de chaque choix. Combien gagnerons-nous lorsque nous poursuivrons les Khmers rouges et que se passera-t-il si nous les laissons seuls? Nous devrions comparer les avantages de ces deux choix. Nous serons ceux qui seront directement touchés par cette décision. Ainsi, nous Khmers devons décider de cette question pour nous-mêmes.

Question : : Devrait-il y avoir réconciliation entre les anciens Khmers rouges et les autres Cambodgiens?

Réponse : En plus des slogans que j’ai cités plus tôt, nous devons considérer les avantages. Le Cambodge a besoin d’avantages. Quels avantages devrions-nous recevoir lorsque nous poursuivons les Khmers rouges et que se passera-t-il quand nous les laisserons seuls?

Question : : Du point de vue du Dharma, le tribunal est-il approprié?

Réponse : Le bouddhisme est concerné par ce que l’on fait et les résultats ultérieurs – Karma et sanchita [acte et son résultat]. On reçoit ce qu’il a fait. Bouddha a prêché que tous les êtres reçoivent ce qu’ils font. Ce que nous faisons détermine tout ce qui nous arrive. Personne ne fait cela pour nous. Nous sommes autonomes. Nous faisons et puis nous recevons. Bouddha a enseigné ses disciples comme ça. Il a dit que si vous ne voulez pas souffrir, vous devez éviter les mauvaises actions. Arrêtez ce que vous faites mal, si vous voulez le bonheur. De bonnes actions vous aident à acquérir le bonheur; en revanche, les mauvaises actions conduisent à la souffrance. Personne n’induit cette souffrance; vous le créez vous-même. La même chose avec le bonheur. Bouddha nous a seulement donné ce conseil. Il ne nous a donné ni péché ni mérite. Nous faisons ces nous-mêmes. Il vient de nous dire “faire ça c’est bien, faire ça c’est mal”.

Question : : Pensez-vous que les anciens dirigeants khmers rouges ont souffert de ce qu’ils ont fait?

Réponse : S’il vous plaît envisager; ils le reçoivent maintenant. Recevoir quoi? Le monde les déteste, les proscrits. Ce sont leurs péchés qu’ils devraient recevoir. L’envie de les poursuivre par l’ONU est aussi leur péché. S’ils étaient de bonnes personnes, qui essaieraient de les poursuivre? Ils ont souffert de ces résultats. Regardez leur vie. Finalement, ils ont été brulés avec des pneus de véhicule. Certains ont été tués, ce que parfois nous ignorons même. En raison du Dharma, ils ont été punis. Ils ne peuvent pas s’échapper.

Question : : Vous avez mentionné qu’il y a Karma et Sanchita. Les victimes des Khmers rouges de 1975 à 1979 ont-elles fait quelque chose de mal?

Réponse : Tous les bouddhistes croient en Karma et Phal [Sanchita]. Tout est fait pour une raison. Il y a des causes qui conduisent aux résultats. Pourquoi les Khmers rouges se sont-ils formés? Prenez cette question en considération.

Question : : Les dirigeants khmers rouges ont-ils commis intentionnellement leurs crimes?

Réponse : Je ne sais pas s’ils l’ont intentionnellement fait. Je n’en parle que dans les voies du bouddhisme. L’intention est la partie intégrante du péché.

Question : : Est-ce que les Khmers rouges ont-ils provoqué l’homicide volontaire?

 

? Réponse : Tout dépend de ce que nous faisons. Ce que nous faisons décide de tout. Chacun de nous a des péchés. Bouddha a dit que nous sommes nés avec des péchés.

Question : : Les dirigeants khmers rouges étaient-ils destinés à commettre des crimes et étaient-ils les victimes destinées à devenir des victimes?

Réponse : C’est ce que les bouddhistes appellent l’action collective, par exemple, pêcher en grands groupes ou organiser une cérémonie ensemble. Nous faisons les choses ensemble. Le bouddhisme n’utilise pas le mot «accidentel». »Il n’y a aucune chance d’arriver. Dans le bouddhisme, rien ne se passe par hasard. Nos actes précédents conduisent à ce que nous sommes dans le présent. Si nous ne croyons pas en l’acte et son résultat, nous ne vivrons pas en paix toute notre vie. Cela s’applique à toutes les situations, que nous vivions dans notre famille ou notre société. Nous ne pouvons pas vivre si nous n’y croyons pas. Puisque nous ne pouvons pas résoudre [les problèmes] par nous-mêmes. Inondations et retraites d’eau; la marée monte et descend. Jour et nuit, chaud et froid se produisent dans l’intervalle. Les saisons continuent de changer. Donc avec la vie humaine. Cette condition déclenche le processus de redevenir, produisant un nouveau cycle de naissance, de vieillesse et de mort. Y a-t-il quelqu’un qui souhaite mourir? Non bien sûr que non. Pourquoi les gens meurent-ils? Même les médecins occidentaux ne peuvent pas empêcher les gens de mourir. La raison en est qu’il est temps pour nous de mourir. Un docteur du ciel ne peut pas vous guérir. Vous êtes prédéterminé pour vivre à un âge particulier. C’est ce que Bouddha a enseigné à ses disciples. Bouddha a accordé de nombreux pardons. Il a même pardonné à ceux qui ont essayé de lui faire du mal.

Question : : Croyez-vous en «la vindicte est finie par ne pas être vindicative»?

Réponse : Je le fais. Car c’est ce que Bouddha a dit. Si nous pouvons supprimer la colère, nous pouvons pardonner aux gens, parce qu’il y a des moments où nous faisons du mal et nous sommes stupides. Bouddha a toujours pardonné aux autres.

Question : : Si nous continuons à pardonner aux gens, seront-ils conscients de leurs erreurs? Ou devrions-nous les punir pour ce qu’ils font de mal?

Réponse : C’est une bonne question. Bouddha a pardonné les gens et leur a enseigné, pas seulement pardonné et oublié. Le mot «pardon» signifie ramener les gens à faire de bonnes actions, comme avec Ang Kuli Mear. Après l’avoir empêché de commettre des actes diaboliques, Bouddha l’a ordonné et éduqué. Mais cela ne veut pas dire que nous voulons que les dirigeants khmers rouges deviennent moines. Nous les éduquons par des moyens sociaux appropriés, afin que nous puissions vivre ensemble. Ce n’est pas le pardon et la négligence. Amenez-les dans la société et conseillez-leur de marcher dans nos voies, de vivre avec nous.

Question : : Plus tôt, votre vénérable prêtre a mentionné que les dirigeants khmers rouges souffrent pour ce qu’ils ont fait par la haine des gens. Cependant, je pense que l’écart entre les gens et les dirigeants khmers rouges est grand. Les victimes vivent encore dans la misère résultant du régime de Pol Pot, tandis que les dirigeants khmers rouges haut placés vivent en pleine liberté et sont riches.

Réponse : J’ai parlé de psychologie. Si nous tuons ces Khmers rouges et que l’état des gens s’améliore et qu’ils peuvent vivre mieux, c’est bien. Ensuite, le tribunal est un avantage pour le peuple.

Question : : Que pensez-vous de l’importance de la réconciliation nationale?

Réponse : Je n’ai aucune idée. Maintenant, nous ne savons pas où garder les Khmers rouges. Ce que nous devrions faire devrait être une décision prise par nous tous. Je ne peux pas y répondre seul. Ce n’est pas un problème privé. C’est une question nationale et internationale.

Question : : Pensez-vous que l’histoire des Khmers rouges devrait être transmise aux générations futures ou être oubliée? : C’est ce qui s’est passé. Tout le monde peut en parler en fonction de son désir. Nous ne pouvons pas les interdire. C’est un évènement historique.

Question : : L’histoire des Khmers rouges devrait-elle être documentée?

Réponse : C’est l’histoire. Les enseignements et activités de Bouddha ont été enregistrés afin que nous puissions apprendre d’eux et conseiller les gens ordinaires. Tous les livres sont le résultat de la documentation de l’expérience passée.

Question : : Pensez-vous que l’étude de l’histoire des Khmers rouges pourrait traumatiser les gens?

Réponse : Cela peut blesser ou non les gens. Bouddha a conseillé: «Le passé doit être oublié, se concentrer sur le présent et ne pas anticiper l’avenir. ” Pourquoi? Parce que le passé est comme un cadavre. Si nous ne l’enterrons pas, mais le gardons à la maison, cela pue et personne ne vivra près de nous. Par conséquent, nous devrions enterrer le passé. Si le futur n’arrive pas, n’espérez pas. Cela nous rend malheureux, quand il s’avère être différent que prévu. Bouddha nous a appris à nous concentrer sur le présent et à accomplir les tâches à accomplir maintenant, n’attendez pas jusqu’à demain. Sinon, nous pouvons mourir à un moment donné et ne pas avoir une autre chance de le faire. Question : : Néanmoins, je pense que si nous oublions un évènement passé, tôt ou tard cela se reproduira.

Réponse : Bouddha n’a pas pensé de cette façon. Les choses qui sont finies sont finies pour toujours. Rien ne se passe deux fois. Une personne décédée ne peut pas revenir. Je ne crois pas qu’un corps incinéré puisse revenir et nous hanter. Cela n’arrive pas. Les choses continuent à changer dans le temps. L’avenir est différent du passé. Je ne crois pas du tout qu’un corps mort puisse encore vivre avec nous.

Question : : Qu’en est-il de la phrase «Rokasadan (évènements répétés). »

Réponse : Que cela arrive ou non dépend de nous. La vindicte est finie par ne pas être vindicatif. Si nous sommes vindicatifs, les choses continueront; et si nous ne le sommes pas, les choses seront terminées.

Question : : Je dois encore me demander. Si dans la société nous ne punissons pas un voleur pour son délit, d’autres personnes s’intéresseront à travailler comme des voleurs. Ainsi, le crime continue. Même si le criminel original ne le fera pas encore, d’autres répèteront ce qu’il a fait. Réponse : Je comprends, mais après la punition va-t-il / elle arrêter de répéter ses crimes? Question : : Nous le faisons en tant que modèle pour d’autres personnes. Réponse : Ce modèle a été répété pendant des milliers d’années, mais les gens ont-ils cessé de commettre des crimes? Les voleurs ont-ils été éliminés? Nous avons utilisé la peine capitale et l’emprisonnement à vie pour décourager les crimes, mais ils continuent de se produire.

Question : : Je crois qu’en utilisant de telles punitions, dans une certaine mesure, le taux de criminalité est contrôlé.

Réponse : Bouddha l’a fait comprendre. C’est pourquoi nous ne devrions pas oublier les deux slogans «on ne peut pas couper l’eau ni renier un parent proche, ou cette personne va se blesser»; et «prendre en compte la relation signifie s’éloigner de la loi. »Les Cambodgiens pratiquent ces deux slogans. Maintenant, comparez-les. Nous ne pouvons pas omettre l’un ou l’autre. Question : : L’histoire des Khmers rouges devrait-elle être enseignée aux enfants cambodgiens?

Réponse : Ce n’est pas une question controversée pour moi. Nous ne pouvons pas cacher ce qui s’est passé. Même si nous ne leur disons pas, leurs parents le feront. Ainsi, bien que nous n’écrivions pas à ce sujet, leurs familles raconteront l’histoire pour eux.

Question : : Quel est le rôle du bouddhisme dans la réconciliation nationale? Combien cela peut-il aider à réconcilier le Cambodge?

Réponse : Enseigner aux gens à abandonner les mauvaises actions et à ramasser les bonnes actions est ce que fait le bouddhisme. Nous le faisons au nom des moines. Les mauvaises actions mènent à la souffrance, tandis que les bonnes actions apportent le bonheur.

Question : : J’aimerais que vous expliquiez le terme «justice» de manière religieuse.

Réponse : Le bouddhisme enseigne également sur «Akeakte (biaisé)» et «Keakte (impartial). »Il y a quatre types d’Akeate: Chhanteakeakte (biaisé en raison de l’amour), Tosakeakte (biaisé en raison de la colère ou de la haine), Pheakyo Keakte (biaisé à cause de la peur) et Mohakeakte. Bouddha a dit que si quelqu’un est partial, il ne se comporterait pas correctement. Ce sont des questions qui concernent la justice. La justice est difficile à obtenir à cause de l’amour, de la haine, de la peur et de la confusion. Avoir la justice, c’est être libre de ces facteurs.

—-

 

—————-

Quelques fichiers PDF

-Une destruction de la population du Cambodge sans précédent  :
 Kampuchea la catastrophe démographique
population_des chifres
-Quelques cartes et sculptures : cartes_sculptures
-Carte des meurtres de masse :  cambodge killing fields

-Pourquoi  une telle catastrophe ?
 Une réponse bouddhiste  :  Khmers Rouges_interrogation

-Réconciliation – Pardon- Réparation cambodge_Jennar

Le mensonge des intellectuels “progressistes” :

-Un grand journaliste :  Jean Lacouture khmers rouges
-France Alain Badiou et le Cambodge
     – USA Chomsky_Cambodge

-La presse française et la catastrophe Khmers Rouges :
khmers rouges_presse francaise

-Un témoin français parle : cambodge_François Ponchaud
-Hélène Cixous, auteure dramatique  : cambodge_Hélène Cixous
-le parcours intellectuel des khmers rouges : cambodge_institut_renouvin

– La construction d’une barrière de séparation  :  mur Cambodge 1983 fr
-Histoire récente des sino-cambodgiens au Cambodge : chinese cambodian

-Interview d’un philosophe cambodgien : Vandy Kaonn : VANDY Kaonn
-L’occupation du Cambodge par le Vietnam  1978–1992 : vietnam_occupation

 

——————

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.